confinement jour 3
Journal

Confinement : jour 3

Confinement, jour 3. Un réveil bien matinal pour ce troisième jour. Après une nuit plutôt agitée, me réveiller encore une fois en voyant mon fiancé partir travailler dans ce contexte ne m’inspire guère confiance. Il est en contact quotidien avec du public. Son métier est indispensable au bon fonctionnement du pays alors, je suis fière de lui quand je vois qu’il part assurer son rôle. Même si l’inquiétude reste. 

Les jours se suivent et se ressemblent. J’ai pour habitude de regarder les chaînes d’information tous les jours. Cette fois, j’ai décidé de me couper de cette actualité pesante. J’en ai profité pour lire encore, écrire, cuisiner, rire. 

Le rire. Une action banale mais qui, en ces temps chaotiques, se trouve être une défense naturelle. Le rire recèle de vertus. En confinement, il est essentiel, indispensable, nécessaire. Si les réseaux sociaux sont très souvent critiqués, ils se révèlent être un vecteur de lien social. Quelle ironie. Cet outil tant critiqué sauve aujourd’hui nos journées et nous permet de garder un lien humain. Nous sommes ensemble, mais chacun de notre côté. 

Être confiné c’est accepter ces émotions. Pendant cette période exceptionnelle, nous allons passer par diverses émotions. La joie d’avoir du temps pour soi, des moments en famille retrouvés. La peur du temps qui passe, des chiffres qui s’affolent, de rester confiné des semaines, de voir que les hôpitaux saturent. La colère face à ceux qui brisent les règles du confinement, face à une situation sur laquelle le contrôle semble nous échapper. Les émotions se font et se défont au grès des jours qui passent. Un jour c’est la joie qui prend le dessus, le lendemain la colère gagne. Quelle est votre émotion du moment ? 

Pour lire le jour 1 : Confinement : jour 1.

Pour lire pour lire le jour 2 : Confinement : jour 2.

Partager sur les réseaux

À découvrir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *